Le conflit : ce mot paraît anodin pour certains.

D’autres le fuient comme la peste.

Et pourtant…

La dispute ou le conflit regorge de pépites pour avancer dans sa posture personnelle et professionnelle.

D’ailleurs, certains managers se sortent des heurts avec une facilité déconcertante. Quel est leur secret ?

Comment sortir grandi d’un conflit avec un collaborateur ?

C’est ce que nous allons aborder dans cet article.

Qu’entend-on par conflit ?

On parle des situations conflictuelles en relation avec un évènement factuel ponctuel mais également des conflits chroniques, des incompatibilités d’humeur, des dénis de faciès (les pires !), …

Bref, des situations où le courant ne passe pas avec une personne pour une raison qui vous échappe parfois.

L’inverse est aussi vrai.

Vous pouvez faire l’objet de mépris ou de tensions de la part des autres, sans comprendre pourquoi.

La vraie question à se poser est de savoir qu’est-ce qu’il se joue d’inconscient pour l’autre et pour moi ? 

C’est une question complexe car les paramètres qui vous influencent et interagissent entre eux sont nombreux et pas toujours conscients.

Cela peut être vos blessures plus ou moins anciennes, votre éducation et les figures d’autorité associées, vos croyances et vos émotions du moment…

Les 4 raisons cachées d’un conflit

Il y a quelques temps ?

J’ai fait la connaissance d’Arnaud Riou. C’est une personne très inspirante qui m’aide à affiner mon management.

Ce que je trouve intéressant dans son approche ?

C’est qu’il propose de traduire le conflit à travers le filtre des 4 possibilités suivantes :

  1. L’autre incarne quelque chose que je réprime
  2. Incarnation de quelque chose que je ne pourrais jamais être
  3. ou il me ressemble
  4. ou bien, il me rappelle quelqu’un

Lors d’une altercation, posez-vous ces 2 questions :

  • Qu’est-ce qui m’énerve chez l’autre ? Nous sommes dans les 2 premières raisons du conflit.
  • À qui l’autre me fait-il penser ? Points 3 et 4 du conflit.

Ces questions vont vous permettre de reprendre votre part de responsabilité dans ce qu’il arrive.

D’arrêter de subir.

De sortir du mode victime dans lequel on peut s’enfermer trop vite.

Et ainsi ouvrir votre conscience vers une interprétation plus respectueuse de l’autre et de soi.

 

La question clé pour sorti grandi d’un conflit

Vous avez le choix :

Rester figé sur l’agacement et l’émotion négative que génère la personne en vous.

Ou vous poser cette question simple mais néamoins puissante :

Qu’est-ce que j’apprends sur moi à travers cette situation conflictuelle ?

Vous apprendrez alors à tirer profit de la situation pour mieux vous connaître.

Et faire différemment la prochaine fois.

Etude de cas : mon expérience saisissante du conflit

Voici l’exemple d’une situation que j’ai vécue :

Dans une réunion, un des responsables entre dans la pièce. Il ne dit bonjour à personne, puis commence son intervention.

Cela avait l’air de ne déranger que moi.

Pour ma part, j’en avais véritablement des frissons. À tel point que je voulais sortir de la pièce à cause de l’énergie négative que générait cette personne alors qu’il y avait eu aucune interaction.

Alors bien sûr,

Cette personne n’a pas été très polie.

Mais ce qui est intéressant c’est pourquoi c’est allé me chercher aussi fort… la fameuse partie immergée de l’iceberg.

Je me suis alors demandé :

Est-ce que cette personne représente une part de moi que je réprime ? Ou que je ne pourrais jamais être ?

 

Est-ce qu’il me ressemble ? Est-ce qu’il me rappelle une figure d’autorité particulière ?

Ce que j’ai trouvé avec ces questions ?

C’est qu’un an auparavant j’avais quitté mon précédent job avec un accrochage très musclé avec mon précédent manager. Ce dernier m’avait marqué et j’avais ressenti beaucoup d’humiliation…

Et alors que je pensais la situation enterrée émotionnellement, cette personne est venue réactiver cette blessure en moi.

De plus ?

Lors de la réunion, je traversais une période de fatigue. J’avais besoin que l’on prenne soin de moi, avec plus d’empathie qu’habituellement.

La personne qui est entrée dans la pièce a donc appuyé sans le savoir là où ça faisait mal.

Elle me rappelait une figure d’autorité. Elle est venue réactiver une situation émotionnelle que je réprimais en moi car je souhaitais l’oublier consciemment. Mais inconsciemment, elle était toujours là.

Le conflit peut d’ailleurs être partout !

À titre plus personnel ?

Il m’arrive d’être agacé par le comportement de mes enfants (que le parent qui n’a jamais été énervé par ses enfants lève la main… Ah, personne ?!)

Ce qui fait parfois rire ma femme qui ne se prive pas de me signaler que j’adopte exactement le même comportement…

Dans cette situation, ma fille représente clairement une part de moi que je n’aime pas.

Changer de regard et s’élever grâce au conflit

Je vous invite donc à vous poser systématiquement les questions mentionnées plus haut dans l’article.

Au début ?

Clairement, ce n’est pas évident.

Mais la répétition va vous aider.

Au final ?

Cela va vous permettre d’élever votre niveau de conscience de vous-même et des autres.

Par voie de conséquence, votre management ne s’en trouvera que meilleur.

Les managers qui l’expérimentent m’indiquent pour la plupart que ce processus leur permet de prendre de la hauteur.

Et de ne plus faire du conflit « une affaire personnelle ».

C’est très soulageant !

La vidéo en lien avec cet article :

Téléchargez gratuitement le kit de survie du manager « Les 7 étapes de la gestion du temps efficace » (1 vidéo + 1 PDF)

Merci. Nous venons de vous envoyer un email de confirmation. Regardez bien votre dossier SPAM si vous n'avez rien reçu. A très vite !

Pin It on Pinterest

Share This