Il est souvent délicat de bien démarrer une relation avec une nouvelle personne. La première impression reste imprimée. C’est pourquoi il faut la soigner.

Pour être sûr de débuter avec harmonie toute nouvelle rencontre personnelle ou professionnelle ?

On va se baser sur le modèle PCM – Process Communication Model ou plus simplement Process Com.

Ce formidable outil est un modèle de communication développé par le psychologue Taibi Kahler, lui-même issu de l’école de l’analyse transactionnelle.

Il a été utilisé au début pour aider les astronautes de la NASA à bien communiquer dans un espace confiné, en vaisseau spatial ou dans une station orbitale. En effet, mieux vaut trouver un moyen efficace de résoudre les disputes humaines car il n’y a pas d’échappatoire dans l’espace !

Je vous parlerai en détail du modèle PCM dans un prochain article. Il est en effet très efficace en management !

 

Pour aujourd’hui,

Imaginons que vous commencez une réunion professionnelle avec une nouvelle personne.

Vous êtes quelqu’un de courtois (à n’en pas doûter !). Vous posez alors cette question ouverte à votre interlocuteur :

Par quoi voulez-vous commencer ?

Malgré la quantité impressionnante de réponses possibles à cette simple question, on peut catégoriser toutes les réponses dans 3 registres différents.

Vous pourrez ainsi vous adapter parfaitement au mode de fonctionnement de la personne en face de vous.

Et créer une relation harmonieuse avec elle.

Regardons ces 3 modes plus précisément.

 

Façon n°1 : les émotions et les ressentis

À la question ci-dessus, votre interlocuteur s’empresse de répondre :

Avant toute chose, voulez-vous un café ou un thé ?

Ou alors :

La clim est un peu forte, vous ne trouvez pas ? Cela vous va ?

On est ici dans le registre des ressentis corporels et des émotions qui sont donc prioritaires pour la personne.

Il faudra donc être vigilant de partager vos émotions de temps à autre pendant l’entretien.

Ou alors de demander à votre interlocuteur ce qu’il ressent par rapport à telle ou telle proposition.

Façon n°2 : l’action

Autre façon de répondre de votre interlocuteur :

Ne perdons pas de temps, mon planning est serré, commencez votre présentation.

Le temps des verbes est l’impératif.

Le message est ici clair : la personne veut agir tout de suite et avancer.

L’action étant son mode prioritaire de relation, ne vous attardez pas sur un long argumentaire.

Focalisez-vous plutôt sur les résultats, voire directement sur la conclusion. Sans passer par les explications.

Rentrez dans les détails seulement s’il le demande.

Façon n°3 : la pensée analytique

La troisième réponse possible de votre locuteur :

Quelle est votre analyse de la situation au regard de vos connaissances de mon problème ? J’aimerais bien comprendre l’intérêt de votre solution… 

La demande implicite est ici d’avoir des détails et une analyse basé sur votre expertise.

Votre interlocteur attend d’être rassuré sur vos compétences et le côté expert de votre profil.

Mettez donc le paquet sur les preuves et les explications précises.

Ventez par exemple le travail des ingénieurs ou des spécialistes présents dans votre entreprise.

Comment allez-vous aborder vos prochaines rencontres ?

Lors d’une prochaine situation professionnelle (ou personnelle) :

  • Entretien d’embauche
  • Rencontre avec un directeur
  • Réunion avec un nouveau collaborateur
  • Alliance avec un nouveau partenaire
  • Rencontre dans un séminaire
  • Soirée réseau
  • etc.

Je vous invite à utiliser la Process Com pour identifier le mode de relation préférée de votre interlocuteur. Et d’adapter vos réponses en conséquence.

La prise de contact en sera grandement facilitée.

Et votre interlocuteur se souviendra positivement de vous !

La vidéo en lien avec cet article :

Téléchargez gratuitement le kit de survie du manager « Les 7 étapes de la gestion du temps efficace » (1 vidéo + 1 PDF)

Merci. Nous venons de vous envoyer un email de confirmation. Regardez bien votre dossier SPAM si vous n'avez rien reçu. A très vite !

Pin It on Pinterest

Share This